http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
INSCRIPTION à LA NEWSLETTER
Recevez par email les actus et les informations
 
Newsletter
Retour sur Carnets de résidences

B.O.A.T.

  • Marcel Dinahet, Nicolas Floc'h
  • -
    Saint-Malo → L'Aber Wrac'h
    → Île d'Ouessant

    Juin 2016
    -
  • L'École européenne supérieure d'art de Bretagne
    et la Criée, centre d'art contemporain - Rennes
    dans le cadre de sa saison "Fendre les Flots"
  • publié le 21 juil. 2016
Vue du Grand Largue, Baie de Lampaul, Île d'Ouessant, 2016. Vue du Grand Largue, Baie de Lampaul, Île d'Ouessant, 2016. © Nicolas Floc'h


Sorte d’annexe de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB), B.O.A.T. ® (Boat Of Artistic Research Trip) est constitué de recherches artistiques et pédagogiques menées à bord d’un ancien chalutier baptisé Le grand largue. Pensé comme un atelier mobile ce navire participe à la révélation de nombreuses facettes de la Bretagne, dotée de ressources marines et littorales exceptionnelles. B.O.A.T. ® permet aux étudiants et aux créateurs invités d’envisager leur pratique dans une mise en mouvement transversale : art et sciences, art et économie maritime, design et énergies renouvelables.

Depuis sa création, le navire de seize mètres basé à Saint-Malo vogue vers Saint-Nazaire, Lorient, Brest, etc.

Dans le cadre de la saison Fendre les Flots, La Criée s’est associée au projet en y invitant Marcel Dinahet et Nicolas Floc’h, eux mêmes accompagnés des jeunes artistes Gabriel Haberland et Leila Willis, de Claire Lagneau-Guetta et Paul Bienvault, étudiants de L'EESAB, ainsi que du dessinateur Morvandiau et de la curatrice Ann Stouvenel.
Cette résidence de recherche et création a été l’occasion pour Marcel Dinahet et Nicolas Floc’h – pour qui la mer est un sujet central et récurrent – de faire pour la première fois œuvre commune et de partager leurs expériences artistiques et maritimes, non seulement l’un avec l’autre, mais aussi avec de jeunes artistes et étudiants en art.


Tous se sont confrontés à l’esprit de découverte et de délocalisation de pratiques qui s’engagent sur un bateau en déplacement, mais également lors des étapes au gré des ports. Cette résidence embarquée, de par sa nature même, concentre à la fois des questionnements autour de la notion de déplacement, de géographie et temps mais aussi de transmission et de mise en commun.
La résidence a débuté à Saint-Malo pour aller à son port d’escale : l’île d’Ouessant, autour de laquelle les artistes ont rayonné.

Les Résidences et projets flottants sont initiés par La Criée centre d’art contemporain et l’École européenne supérieure d’art de Bretagne, avec la participation de l’association Finis terrae.

Le projet B.O.A.T ® est à l’initiative de trois artistes enseignants de l’EESABNicolas Floc’h, Erwan Mével et Jocelyn Cottencin.
B.O.A.T ® s’inscrit dans le cadre du projet ICR qui a été sélectionné dans le cadre du programme européen de coopération transfrontalière INTERREG IV A France (Manche) - Angleterre, cofinancé par le FEDER.

Le bateau est mis à la disposition de l’EESAB par Pierre-Yves Glorennec, responsable d’Avel-vor technologies.




Marcel Dinahet, Journal de bord, Juin 2016

  • 01
    1/34
    Journal de Bord
    Départ depuis Saint-Malo le 16 juin à 4h du matin.
  • 02
    2/34
    Journal de Bord
    Direction L'Aber Wrac'h - un jour de mer.
  • 03
    3/34
    Journal de Bord
    Leila Willis hisse son poisson
  • 04
    4/34
    Journal de Bord
    En mer
  • 05
    5/34
    Journal de Bord
    Arrivée à l'Aber Wrac'h
  • 07
    6/34
    Journal de Bord
    Le 17, nous sommes tous de sortie - prises de vues sous-marine pour Nicolas Floc'h, Paul Bienvault, et Gabriel Haberland + essai de casier. En vue sur l'estuaire le phare de l'île Vierge.
  • 06
    7/34
    Journal de Bord
    Je réalise des prises de vues d'entrainement - et au retour je tourne en rond autour de la balise. ( tourner en rond sera reproduit à Ouessant - cela permet de faire défiler le paysage à 360° autour du point de rotation fixe. Première tentative de tourner en rond - autour de la balise.
  • 08
    8/34
    Journal de Bord
    Le samedi 18, après une traversée un peu agitée au passage du Fromveur, nous sommes sur la bouée de Pen ar Bed au milieu de la baie de Lampaul à Ouessant.
  • 09
    9/34
    Journal de Bord
    Premières tentatives - filmer face au mur. (les falaises)
  • 10
    10/34
    Journal de Bord
    Le 19 Nicolas Floc'h aide Gabriel Haberland à mouiller ses casiers.
  • 11
    11/34
    Journal de Bord
    Le 20 au matin, j'aide Gabriel Haberland à mouiller ses casiers.
  • 12
    12/34
    Journal de Bord
    La journée est agitée, la houle entre directement dans la baie.
  • 13
    13/34
    Journal de Bord
    Le temps est vraiment bouché.
  • 14
    14/34
    Journal de Bord
    Je réalise mon premier essai - Se regarder en face.
  • 15
    15/34
    Journal de Bord
    Le 21, au soir, 1er essai de la tour à feu (les tours à feu sont à l'origine des phares)
  • 16
    16/34
    Journal de Bord
    Ce n'est pas concluant, elle est en papier et s'écroule. L'idée est de pouvoir la filmer en relation avec le phare du Créac'h.
  • 17
    17/34
    Journal de Bord
    Le 23 au soir, la pétole. Le grand Largue est au calme à la tombée de la nuit. 
  • 18
    18/34
    Journal de Bord
    Seconde tentative - La tour à feu en papier et le phare du Créac'h.
  • 19
    19/34
    Journal de Bord
    Le caillou de Lampaul.
  • 20
    21/34
    Journal de Bord
    Le Lundi 27 au soir - Projection au public des travaux réalisés par les résidents - (asso Finis terrae) passés à la résidence du sémaphore du Créac'h - Sont présents les membres de l'association Finis terrae et la résidente Pauline Delwaulle. Toute l'équipe du bateau est aussi venue et participe à cette soirée . Luc Morvandiau notre dessinateur de résidence et Ann Stouvenel notre résidente et membre de Finis terrae sont aussi présents.
  • 22
    22/34
    Journal de Bord
    Leila Willis réalise ses Gyotaku en fonction des pêches réalisées.
  • 23
    23/34
    Journal de Bord
    Leila Willis réalise ses Gyotaku en fonction des pêches réalisées.
  • 24
    24/34
    Journal de Bord
    Leila Willis réalise ses Gyotaku en fonction des pêches réalisées.
  • 25
    25/34
    Journal de Bord
    Leila Willis réalise ses Gyotaku en fonction des pêches réalisées.
  • 26
    26/34
    Journal de Bord
    Journal de Bord
    Leila Willis réalise ses Gyotaku en fonction des pêches réalisées.
  • 27
    27/34
    Journal de Bord
    Le 28 coup de vent sud ouest annoncé, nous allons nous réfugier au port du Stiff - Nicolas Floc'h est à la barre, nous contournons l'île en passant la Fromveur. Nous nous accrochons à la bouée de Pen ar Bed à l'entrée du Stiff - Gabriel Haberland et Paul Bienvault sont à la manoeuvre.
  • 28
    28/34
    Journal de Bord
    Je tourne en rond autour de la bouée de l'Abeille Flandres.
  • 29
    29/34
    Journal de Bord
    De nouveau, séries de prises de vues : de faces aux murs.
  • 30
    30/34
    Journal de Bord
    De nouveau - se regarder en face. Cette fois dans les algues. 
  • 31
    31/34
    Journal de Bord
    Le 2 juillet départ vers Tréboul, Nicolas Floc'h et Gabriel Haberland sont en hauteur. Leila Willis et Claire Lagneau-Guetta un peu plus bas.
  • 32
    32/34
    Journal de Bord
    Paul Bienvault et Gabriel Haberland hissent les voiles.
  • 33
    33/34
    Journal de Bord
    Nous allons déguster le Homard pêché dans le casier de Gabriel Haberland.
  • 34
    34/34
    Journal de Bord
    Le 3 juillet au matin nous quittons Le grand Largue. En route vers Rennes.




Nicolas Floc'h, Journal de bord, Juin 2016
  • 1
    1/15
    Journal de Bord
    Chasse sous-marine
  • 3
    2/15
    Journal de Bord
    Pont du Grand Largue & Baie de Lampaul
  • 4
    3/15
    Journal de Bord
    Journal de B.O.A.T. ® et poissons de Leila Willis
  • 5
    4/15
    Journal de Bord
    Gabriel Haberland préparant ses sculptures sous-marines sur le pont
  • 6
    5/15
    Journal de Bord
    Portrait de Marcel Dinahet
  • 7
    6/15
    Journal de Bord
    Marcel Dinahet préparant une de ses 'tours à feu', en arrière-plan, œuvres de Leila Willis
  • 8
    7/15
    Journal de Bord
    Gabriel Haberland levant les filets d'un poisson
  • 9
    8/15
    Journal de Bord
    Tous les résidents dans la jetée de Lampaul de gauche à droite : Nicolas Floc'h, Leila Willis, Claire Lagneau-Guetta, Paul Bienvault, Marcel Dinahet, Morvandiau, Gabriel Haberland
  • 10
    9/15
    Journal de Bord
    Plongée bouteille de Nicolas Floc'h & Paul Bienvault.
  • 11
    10/15
    Journal de Bord
    Plongée bouteille
  • 12
    11/15
    Journal de Bord
    Tous les résidents sur le mat
  • 13
    12/15
    Journal de Bord
    Tous les résidents sur le mat
  • 14
    13/15
    Journal de Bord
    Session photo en apnée, Nicolas Floc’h
  • 15
    14/15
    Journal de Bord
    Session photo en apnée, Nicolas Floc’h
  • 16
    15/15
    Journal de Bord
    Session photo en apnée, Nicolas Floc’h




Œuvres en cours :



Marcel Dinahet, La Saint-Jean-Ouessant (extrait)




Marcel Dinahet
En face - Ouessant




Marcel DinahetFace Ouessant




Marcel Dinahet
, La tour à feu & Créac'h (extrait)







Nicolas Floc'hForêts, plaines, grottes et montagnes

  • ouessant--5m
    1/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -5m
  • ouessant--4m
    2/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -4m
  • ouessant--6m
    3/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -6m
  • ouessant--10m
    4/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -10m
  • ouessant--3m
    5/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -3m
  • ouessant--25m
    6/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -25m
  • ouessant--23m
    7/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -23m
  • ouessant--25m-bis
    8/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -25m
  • ouessant--30m
    9/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -30m
  • ouessant--30m-bis
    10/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -30m
  • ouessant--25m-ter
    11/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -25m
  • ouessant--10m-bis
    12/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -10m
  • ouessant--6m-bis
    13/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -6m
  • ouessant--3m-bis
    14/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -3m
  • ouessant--3m-ter
    15/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -3m
  • ouessant--3m-quat
    16/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -3m
  • ouessant--10m-ter
    17/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -10m
  • ouessant--8m
    18/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -8m
  • ouessant--6m-ter
    19/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -6m
  • ouessant--6m-quat
    20/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -6m
  • ouessant--5m-ter
    21/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -5m
  • ouessant--6m-cinq
    22/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -6m
  • ouessant--4m-ter
    23/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -4m
  • ouessant--4m-bis
    24/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -4m
  • ouessant--3m-cinq
    25/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -3m
  • ouessant--5m-bis
    26/26
    Nicolas Floc’h Ouessant -5m

Depuis longtemps j’observe les paysages sous-marins. Le projet des récifs artificiels m’a permis d’amorcer un travail photographique sous-marin. Mes recherches me mènent vers des études écosystémiques des espaces combinants de fait espaces construits et territoires naturels. Les récifs artificiels sont des architectures, des éléments construits pour être colonisés et devenir habitats. Les paysages marins et la masse d’eau représentent également des habitats flexibles, mouvants et reconfigurables. La photographie sous marine s’attache bien souvent à montrer le vivant animal mais peu les habitats naturels et la végétation qui composent les paysages sous-marins.




B.O.A.T ® un navire de recherche artistique de l'École européenne supérieure d'art de Bretagne

VIVRE ENSEMBLE
NICOLAS FLOC’H, pour B.O.A.T. - Février 2016.


Un espace clos, mobile. Un groupe de personnes vivant et travaillant ensemble durant une longue période. Un environnement instable, mouvant, se transformant, incontrôlable à l’image du monde.

Vivre sur un bateau est toujours une expérience forte où la responsabilité de chacun engage la communauté. Etre là, plus qu’ailleurs, implique de vivre l’instant, les instants, le jour et la nuit. Un bateau ne dort jamais, il bouge, il change, il accompagne le mouvement du monde.
Habiter un monde qui redéfinit ses frontières, une nature qui nous rappelle sa présence, sa puissance et notre incapacité à la maîtriser. S’adapter avec modestie et conscience, se penser comme faisant partie d’un écosystème, ensemble y habiter afin de l’éprouver et prendre la mesure des choses.

Cuisiner, là encore, mais chaque jour ailleurs. Prélever des ressources quand c’est possible, en fonction d’un lieu, d’une rencontre, d’un échange. Partager l’espace et le plaisir d’une table mais se rapprocher des milieux, de l’origine des choses. Le lien quotidien que nous entretenons avec la nature par le fait de se nourrir est un des vecteurs qui nous permet d’explorer les espaces, les modes de productions et leurs enjeux.

Être là, au contact, pour imaginer, penser, représenter. Tenter de s’approcher des réalités pour ne pas être hors du temps, hors de notre temps, hors de ce monde qui déjà nous échappe.

B.O.A.T est ce laboratoire pour une communauté faite d’hommes et de femmes qui veulent mieux comprendre les transformations du monde. Ici, étudiants, enseignants, artistes, scientifiques, architectes, anthropologues, cuisiniers, écologues, géographes, marins, composent cette communauté qui partage et interroge son environnement.

Comment habiterons-nous demain des espaces qui se redessinent ? Quelles architectures, quelles solutions et quels comportements ? Avec quelles énergies alimenterons-nous notre quotidien ? En quoi les océans sont-ils au coeur des enjeux et des transformations ? En quoi les zones côtières, habitées par plus de 50% des populations humaines concentrent-elles les pollutions et les diffusent-elles dans les océans ?
Ensemble nous impactons notre environnement localement et globalement et c’est ensemble que nous devons l’appréhender.

Quel repas partagerons-nous, quel milieu cultiverons-nous ? Quelle sera l’eau de demain et quelle vie permettra t-elle ? Il ne s’agit pas seulement de ce que l’on peut nommer des considérations écologiques mais de la réalité du monde et de la conscience de celui que nous avons construit. Il est urgent de vivre ensemble, de travailler ensemble, de regarder le monde ensemble pour pouvoir représenter et imaginer les possibles. Comment ensemble nous inventons demain et devons composer nos savoirs pour y parvenir !