http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTER
Receive by email our news and information
 
Newsletter

Connections

icone-header-compact

Anaïs Touchot

Publication Numérique
www.pointcontemporain.com
De: Anne-Lou Vicente
à: Anais Touchot
Date: 4 août 2019 14h52
Objet: En avant !

Chère Anaïs

Le caractère aoûtien de la correspondance que ce mail inaugure semble être un parfait alibi pour ne pas écrire comme à l’année longue. Faire partir l’écriture en vacances… et tiens, pourquoi ne pas l’envoyer dans un centre de remise en forme ? Ça ne lui ferait vraiment pas de mal de se détendre un coup !

Il y a un an, nous nous rencontrions dans les effluves estivaux de ton exposition « Senteur Lavande » avec Vincent Malassis à la Galerie Céline Arnal, à Monfort-sur-Meu. Un an plus tard — donc — ce parfum bleuté se fait en quelque sorte toujours sentir car c’est, une fois encore, l’été. Mais les « patates » ont depuis germé, et se sont multipliées sous des formes, des tailles et des matériaux divers. Je pense notamment à celle, en métal, produite avec les étudiants de la section ferronnerie d’art du Lycée professionnel Le Mont-Châtelet à Varzy et le Parc Saint léger – Centre d’art contemporain de Pougues-les-Eaux, et exposée depuis fin mai à l’occasion de Rendez-vous à Saint-Briac.

Cet été, tu présentes aussi l’exposition « J’y laisserai ma vieille peau » à L’Aparté à Iffendic, transformé en station thermale — fictive, cela va sans dire, l’eau du lac du domaine de Trémelin où est implanté le lieu étant dépourvue à ce jour de quelconques vertus curatives.

Un bar à eau estampillé « Fontaine de jouvence » accueille le visiteur évoluant parmi peignoirs, assises et sculptures « pompées » (ou, devrais-je plutôt dire, pumpées) d’après des appareils de soin, dans une veine quasi science-fictionnelle, du moins surréaliste.

Si tu ne détournes pas l’eau du lac pour abreuver ici ton dispositif, tu sembles détourner en revanche, non sans dérision, toute une mécanique ne datant pas d’hier qui repose paisiblement sur l’idée — que dis-je, le leurre ! — d’un corps éternellement jeune.

Alternativement pris en mains propres ou roulé dans la boue, faisant l’objet culte de tous les petits soins, force est de constater que le corps vieillit au fil du temps (plus ou moins vite certes) et court à sa perte…

Je rêve d’une écriture qui jamais ne se flétrisse.

Take care.

Anne-Lou
[...]
icone-header-compact

Jérôme Grivel

Entretien
pointcontemporain.com
ENTRETIEN / PROPOS DE JÉRÔME GRIVEL RECUEILLIS PAR LE BAIL À L’OCCASION DE SON INTERVENTION DANS LE JARDIN DE L’ANCIENNE GARE DE REUILLY DU 04 AU 24 OCTOBRE 2019

Le Bail : Modèle à conversation, la sculpture que vous présentez dans le jardin n’est pas seulement une oeuvre qui se regarde, mais aussi une oeuvre qui se « vit », s’expérimente, se manipule. Son but n’est pas l’utilité pratique comme c’est le cas dans les objets quotidiens, il s’agit plutôt ici d’une forme de conversation. Pouvez-vous nous préciser ses modalités ?

Jérôme Grivel : Modèle à conversation est le titre générique d’une série relativement récente dans mon travail. La toute première sculpture a été conçue à l’origine pour répondre à une commande que m’avait passée Michaël Allibert (le chorégraphe avec qui je collabore régulièrement autour d’un travail à quatre mains sur des pièces transdisciplinaires art plastique / danse) pour sa dernière création Esthétique du combat. Il m’avait demandé de réfléchir à un objet qui serait à la fois une maquette, une sorte d’architecture, une barricade et une sculpture qu’il pourrait aussi manipuler sur scène. [...]
icone-header-compact

Anaïs Touchot

SETU
*DUUU
Une proposition de Sophie Lapalu dans le cadre de Setu (festival de performances) du 31.08 au 01.09.2019

« Setu » signifie “voici, voilà” en breton. « Setu » ouvre et ponctue une action, et par là, met en valeur le moment présent de la représentation. Depuis septembre 2016, le festival Setu réunit public et artistes pendant deux jours, dans une ferme située à Elliant dans le Finistère sud. Setu est un espace de diffusion qui rassemble différentes formes live, ouvertes et transdisciplinaires (musique, danse, récits, gestes, peintures, conversations, etc…), et qui cherche à favoriser l’apparition de nouveaux langages.

Durant le festival, Sophie Lapalu est allée à la rencontre des artistes presenté.e.s cette année :

Setu conté, Katerina Andreou, Estel Fonseca, Elise Carron, Considered to be allies, Charlène Darling, Blaise Parmentier, Anaïs TouchotValentine Traverse

icone-header-compact

Anne Le Troter

02
Revue Numérique
par Vanessa Morisset
Publié dans la revue Zérodeux #90

Parler de loin ou bien se taire, Le Grand Café, Saint-Nazaire, 2.02-21.04.2019

Le titre de l’exposition d’Anne Le Troter l’annonce, il sera question de paroles et de distance, ce qui néanmoins ne laisse présager en rien de la forme qu’une telle proposition peut prendre dans l’espace. Ses installations précédentes, par exemple au Salon de Montrouge (où elle avait gagné le grand prix), au Palais de Tokyo ou encore à la Biennale de Rennes, peuvent mettre ceux qui les ont vues sur la piste. Mais, pour son exposition monographique au Grand Café, elle a pris un risque en se confrontant à une nouvelle échelle : elle s’est imposé la gageure d’occuper l’intégralité des espaces avec une seule pièce. La tentative éveille d’autant plus la curiosité que son travail consiste précisément en la mise en espace de sons, et on le devine plus encore, de voix — c’est-à-dire des mots plutôt que de la musique — dans la lignée de la poésie sonore, à laquelle elle ajoute la dimension de son déploiement physique. [...]
icone-header-compact

Conversation avec Floryan Varennes

Figure Figure
Revue Numérique
Indira Béraud
Peux-tu nous raconter comment tu as rencontré l’art et ce qui t’a poussé à y consacrer ta vie ?

Floryan Varennes
Autant que je me souvienne, ma rencontre avec l’art s’est faite par le biais de mon père qui était décorateur. Il m’a initié très tôt, j’ai de nombreux souvenirs de lui attablé des heures en train de dessiner. Je pense avoir été happé rapidement et c’est finalement assez naturellement que j’ai intégré les Beaux-Arts. Pendant cette période d’études, je me suis également penché sur l’Histoire et de fil en aiguille, je me suis passionné pour les questions relatives au genre et à l’identité. J’ai voyagé à Paris où je me suis mis à suivre beaucoup de conférences, de séminaires et de colloques à l’EHESS ainsi qu’à la Sorbonne, à travers lesquels j’ai notamment fait la découverte de Michel Pastoureau. Avec Judith Butler, ils sont mon socle de références théoriques. Aujourd’hui encore, j’essaye toujours de suivre deux ou trois séminaires par an. [....]
icone-header-compact

Pugnaire & Raffini

Article
Point contemporain
A l’origine du projet, une résidence à la Flax Foundation de Los Angeles, pendant laquelle Florian Pugnaire et David Raffini explorent les territoires abandonnés de l’ouest américain, et les légendes urbaines qui les habitent.

Ainsi naît un film, Driving Through, qui met en scène l’obstination d’un personnage à prélever des fragments de ruines pour construire, ou reconstruire quelque chose. Des histoires vraies se teintent de fiction dans une forme poétique, mais l’archivage du procédé demeure invariablement en toile de fond. Le film transforme une impression mythique de post-apocalypse en un récit documenté, où les matériaux portent une fois de plus le poids de la charge qu’ils contiennent. Pourtant, la puissance du sujet ne tient plus dans la fiction d’un seul en scène de l’objet éprouvé, mais plutôt dans la détermination du personnage à résister à l’effacement d’un monde.

Ses gestes sont précis, répétés. Primitifs. Il collecte des gravats, des matériaux, des morceaux d’histoires, qu’il transforme en accélérant d’abord leur processus de perte. Il cherche, il travaille, il œuvre, poursuivant une route qui s’étend à l’infini. Les gravats sont concassés, jusqu’à l’extrême pour certains ; la matière morte devient première, l’origine d’un ultime ouvrage. [...]

Sarah Lanos
icone-header-compact

Alex Chevalier, Entretien avec Sleep disorders

Entretien
Point contemporain
Entretien réalisé par Alex Chevalier © 2019 Point contemporain

Démultipliant les formes et les projets, passant du livre à l’exposition dans un espace de type white cube, de l’enregistrement audio aux soirées de performances, Sleep Disorders est un duo qui se plaît à jouer avec les codes. Entre projet artistique et projet curatorial, chaque évènement est porté et pensé par ses deux artistes fondateurs : Marion Auburtin et Benjamin L. Aman.

Alex Chevalier : Pourrions nous commencer cet entretien avec un peu d’histoire et sur la façon dont vous avez décidé de former Sleep Disorders ? Dans quel contexte et avec quelles envies ?

Sleep Disorders est né de la convergence de plusieurs faisceaux : notre intérêt pour les objets éditoriaux, les formes collectives et les avant-gardes historiques, notre présence au sein de la scène artistique et musicale berlinoise où tout semblait possible et notre envie de faire les choses sans attendre, et de manière indépendante. Il y avait un lieu étonnant à Berlin-Kreuzberg à cette époque, le Forgotten Bar, tenu par Tjorg Douglas Beer, artiste lui aussi, qui nous a proposé d’organiser une exposition d’un soir en juin 2010 (c’était le principe du lieu). Le titre de l’exposition était Sleep Disorders. Notre duo était né. [...]
icone-header-compact

SHARON KIVLAND

Entretien
Point contemporain
Propos de Sharon Kivland recueillis par Valérie Toubas et Daniel Guionnet © Point contemporain
Traduction : Francis Haselden ( voleur des livres )



Je veux un travail élégant et érudit, avec un aspect modeste et pourtant agréable à contempler. Je veux un contenu léger et néanmoins sérieux.
Sharon Kivland



Quelles relations entretenez-vous avec la lecture, le livre ou l’objet livre ?

Sharon Kivland : La réponse à une telle question sera certainement longue ! Elle peut même varier en fonction du jour, voire même de l’heure qu’il est. Je vais être stricte (je le suis souvent), et je vais premièrement parler de ma relation à la lecture : j’ai appris à lire assez tard, puisque je passais d’une langue à une autre lorsque je voyageais à travers les pays. J’ai dû apprendre à penser et à parler dans une autre langue. Je me rappelle ce moment où j’ai compris soudainement (et presque violemment) que les mots sur la page d’un livre ne produisent pas seulement du sens, mais aussi de la narration, de l’interprétation, et qu’ils sont certes le résultat d’une construction mais ne cessent pas pour autant d’être réels. Le livre en question était l’histoire d’un pirate bleu. Il s’agit là de ma première scène de lecture. J’ai écrit au sujet de la lecture dans un petit livre Our Libraries / Nos Bibliothèques, conçu comme un échange que j’ai entretenu pendant un mois l’été dernier avec la critique d’art et curatrice Fabienne Bideaud. [...]
icone-header-compact

ANNE LE TROTER, PARLER DE LOIN OU BIEN SE TAIRE

Article
Point contemporain
Texte Éva Prouteau, critique d’art
Entretien réalisé avec l’artiste le 25 novembre 2018

« Dès que l’homme use du langage pour établir une relation vivante avec lui-même ou avec ses semblables, le langage n’est plus un instrument, n’est plus un moyen ; il est une manifestation, une révélation de notre essence la plus intime, et du lien psychologique qui nous lie à nous-mêmes et à nos semblables. » Walter Benjamin

Dédiées à la projection de la forme orale, les expositions d’Anne Le Troter ont des allures d’enquêtes sonores. La matière vocale collectée, qu’elle sculpte ou réinterprète, se révèle souvent surprenante : le corps, saisi par le prisme sémantique de différents champs professionnels, y est omniprésent, comme s’il cristallisait une zone de résistance à dire.

L’artiste collectionne ainsi les sociolectes, ces dialectes spécifiques à une classe sociale, à un groupe professionnel, ces jargons qui ont parfois une utilité identitaire, mais qui peuvent aussi servir de moyen d’exclusion. Langue managériale et corporate, terminologie médicale ou paramédicale, standardisation vocale des enquêteurs téléphoniques : autant de langages techniques qui permettent à Anne Le Troter d’aborder le corps dans sa dimension matérielle, et de jauger l’emprise autoritaire d’une langue sur son objet [...].
icone-header-compact

Focus Bikini

Publication Web
La belle revue
BIKINI
PAR ILAN MICHEL

Le prologue de cette histoire raconte le désir de créer un espace d’exposition, à quatre, qui mette à égalité l’œuvre d’art et le discours. La mise en route du récit en est aussi l’élément déclencheur : la location, en 2011, d’un espace de quinze m2 et sa vitrine adjacente dans le quartier de la Guillotière (Lyon 7e). Comme un îlot de la taille d’une boîte d’allumettes, Bikini adopte le deux-pièces : une installation et un texte affiché sur la vitre. Si cette aventure se lit comme un roman, chaque intervention étant un chapitre, l’intrigue est fragmentaire et les auteurs·trices sans cesse changeant·e·s. La première exposition est celle d’un anonyme accompagnée d’un propos aux allures de manifeste signé par le nom du lieu plutôt qu’une somme d’individualités. Les fondateurs, Hugo Pernet, Noémie Razurel, Marie Bassano et Simon Feydieu, ont ainsi pris le parti de disparaître pour laisser place à leurs invité·e·s. [...]
icone-header-compact

ANNE FAVRET ET PATRICK MANEZ, LES ARPENTEURS

COURT MÉTRAGE
Editeur : France(s) territoire liquide
Le 26e portrait de photographes de la mission photographique France(s) territoire liquide est en ligne.
Un film de Sylvain Martin

Les arpenteurs | Plateau de Calern - Provence-Alpes-Côte d’Azur

Les photographies d’Anne Favret et de Patrick Manez, qui représentent un territoire rocailleux où s’élèvent d’étranges constructions, donnent l’impression qu’il s’agit peut-être là d’un environnement hostile, voire extraterrestre. En réalité, il s’agit de l’emplacement de l’observatoire du Centre d’Études et de Recherches Géodynamiques et Astronomiques (CERGA), situé sur le plateau de Calern, au nord de Nice. Avec une équipe de techniciens et de chercheurs travaillant sur la conception et la fabrication d’instruments scientifiques tels que des microscopes ou des lasers, l’observatoire est un lieu d’étude des étoiles et des corps célestes, des mouvements des plaques tectoniques, et où l’on teste des théories scientifiques, comme la théorie de la relativité d’Einstein. En un mot, on y éprouve le caractère liquide de l’espace et du temps.
icone-header-compact

« Flux, une société en mouvement » 2018

Lauréats de la commande photographique nationale
CNAP
Sur une initiative du ministère de la Culture, et à la suite de l’appel à candidatures sur le thème « Flux, une société en mouvement » lancé le 12 juin dernier, par le Centre national des arts plastiques (Cnap) en partenariat avec le CRP/ Centre régional de la photographie Hauts-de-France et Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France, plus de 250 candidatures ont été reçues.

Le jury a retenu les projets de quinze photographes :

Lionel BAYOL-THEMINES, Aglaé BORY, Bruno BOUDJELAL, Guillaume CHAMAHIAN & Julien LOMBARDI, Margaret DEARING, Mathieu FARCY, Nicolas FLOC'H, Samuel GRATACAP, Eric GUGLIELMI, Ilanit ILLOUZ, Marine LANIER, Florent MENG, Florence PARADEIS, Sarah RITTER, Hortense SOICHET.
icone-header-compact

Pierre Labat

Vidéo
Youtube
A visual and performative piece by sculptor Pierre Labat and composer Sylvain Chauveau.
Shown and performed on 7th September 2018 during 8 hours in a row at Adhex Technologies, Dijon, France

Courtesy Roland de la Brosse.
icone-header-compact

Floryan Varennes

Actualités, Expositions
Artpress
Par Isabelle De Maison Rouge

FIN’AMOR OU L’AMOUR COURTOIS, DU CARQUOIS AU CARCAN
Floryan Varennes, né en 1988, plasticien et historien, s’empare du centre d’art d’Istres pour sa première exposition monographique autour de sujets transhistoriques et systémiques.

Le médiévalisme, le monde médical et l’apparat se trouvent intimement mêlés dans la recherche prismatique que déploie Floryan Varennes. Par un jeu de réseaux croisés, ses avancées télescopiques et son approche polycéphale procèdent de principes en résonances. Ainsi se mêlent sculptures, uniformes et apparences, amour courtois et chevalerie médiévale, écriture gothique et art de guerroyer conjoints à l’univers hospitalier, à la présence de scalpels chirurgicaux, à l’évocation d’affections et troubles de l’organisme et au soin qui lui est apporté. À ces évocations s’ajoutent des réflexions centrées autour de l’habit, perçu comme marqueur social en lien avec le travail dans lequel il agit (chemise blanche, pantalon d’infirmier ou de jogging). [...]
icone-header-compact

Baptiste César

Entretien
Point Contemporain
BAPTISTE CÉSAR, LE RÂ D’Ô PARISIS
Entretien avec Baptiste César réalisé par Valérie Toubas et Daniel Guionnet initialement paru dans la revue Point contemporain #10 © Point contemporain 2018

Baptiste César développe en réponse à chaque invitation qui lui est faite un projet spécifique. Plutôt que d’amener et d’exposer une œuvre déjà réalisée, il préfère questionner le contexte et parler de « situation ». L’œuvre créée s’appuie directement sur les espaces paysagers et architecturaux qui l’environnent, en révèle les particularités et tisse ainsi un lien sincère et poétique avec l’identité du quartier, installe un dialogue avec les habitants. En résidence pendant six mois à la Villa Belleville – Résidence de Paris Belleville, l’artiste a conçu un radeau de fortune en vue d’effectuer une traversée de Paris. Une épopée qui a suscité une véritable émulation et qui a créé une interaction avec les passants. Un projet nourrit de hasards et de surprises qui répond à un besoin de ne plus subir la ville, ses transports et ses galères, et que l’artiste conçoit comme une alternative, une « dérive », à la standardisation de l’espace public. [...]
icone-header-compact

Karine Rougier

Vidéo
Arte — L'Atelier A
L’univers de Karine Rougier trouve une filiation à la fois dans le mouvement surréaliste et dans l’histoire des sorcières. À la manière des miniatures médiévales ou indiennes, elle représente des femmes, masquées, maquillées, costumées, s’adonnant à différents rituels. Teintée d’une dimension mystique et poétique, l’œuvre convoque l’Histoire et le vivant pour construire de nouveaux récits et de nouvelles mythologies.
icone-header-compact

Pascal Navarro

Vidéo
immediats.fr
Pascal Navarro imaginé un projet réactivant les liens passés et actuels entre la ville et sa colonie de vacances à Lure dans une installation qui puise son inspiration dans les pièces photographiques du fonds communal mais aussi dans le rapport archéologique entretenu durant la résidence avec les lieux. L’exposition prend pour appui un personnage : Paulette Galice, dont le nom revient régulièrement dans les documents retrouvés à la colonie. Elle est un jeu de va et vient entre objets (mobiliers ou carnets de dessin) prélevés à Lure en 2018, mais datant des années 1950, que Pascal Navarro réinterprète dans des œuvres au pouvoir esthétique et émotionnel fort, et dessins néguentropiques. Prenant l’apparence première de monochromes noirs, ces dessins suivent un processus de révélation en fonction de l’impact de la lumière ou du temps pour laisser apparaître des images mémorielles sensibles mettant à l’épreuve notre appréhension de l’histoire de la commune et de son fonds artistique.
icone-header-compact

Sharon Kivland

Article
Point Contemporain
Sharon Kivland, "L’entreprise de Séduction"
Par Fabienne Bideaud,
Point Contemporain

Par le titre de l’exposition, Sharon Kivland assoit les champs de prospection de son exposition : à savoir l’entreprise et la séduction. Sa proposition est le résultat d’un temps de recherche en 2017 sur l’activité de la manufacture Oberkampf au musée de la Toile de Jouy à Jouy-en-Josas. [...]
icone-header-compact

Benoît-Marie Moriceau

Chronique
Zerodeux
par Ilan Michel
Publié dans Zérodeux numéro#87

The Relatives Size of Things and the Vertigo of the Infinite,
Les Champs Libres, Rennes, 16.06 – 04.11.2018

Cette petite rétrospective de projets conçus par Benoît-Marie Moriceau pour l’espace public, sur invitation de 40mcube, rappelle les premiers jeux vidéo de science-fiction. On y retrouve la même grille virtuelle structurant l’espace, à la différence près que les obstacles sont des flight cases et des matériaux de construction industriels. Ces quatre habitacles sur roulettes abritent treize maquettes de projets élaborés par l’artiste depuis plus de dix ans en France, en Italie, au Canada et aux États-Unis. Chaque boîte contient un quadrillage de lignes orthogonales sur lesquelles reposent les maquettes. L’éclairage au néon confère aux volumes un halo fluorescent, surréel, évoquant les espaces élastiques de l’artiste cinétique Gianni Colombo dans les années 1960. [...]
icone-header-compact

Flora Moscovici

Article
thankyouforcoming
FLORA MOSCOVICI, par Camille Paulhan
« Vivre l’atelier dans les espaces d’exposition »

Publié en Septembre 2018
thankyouforcoming.net

Je n’y peux rien, les ateliers m’émeuvent ; je voulais proposer pour thankyouforcoming des portraits d’atelier, des propos d’artistes glanés dans ces lieux, devant leurs œuvres. Il n’y est d’ailleurs pas forcément question de ces dernières, mais plutôt de ce qu’un atelier fait à la production artistique, de comment y travaille-t-on, comment y flâne-t-on.
Savoir, au juste, si et comment la lumière spécifique de l’automne sur les carreaux, l’acoustique défaillante ou les odeurs du restaurant mexicain au pied de l’immeuble influent sur les œuvres que produisent les artistes.
Savoir, également, ce qu’on y écoute comme musique, quelles cartes postales ont été punaisées aux murs, si l’on marche sur des bâches, du papier bulle, des points de peinture ou des chutes de papier. Y voir, aussi, les para-œuvres, les infra-œuvres, les pas-tout-à-fait-œuvres, les plus-du-tout-œuvres, et être donc au cœur du moment du choix.
Je n’avais pas très envie qu’apparaissent mes questions, elles se sont donc effacées. [...]
icone-header-compact

Félicia Atkinson

Article
http://lechassis.fr
Par Ana Bordenave
Publié sur lechassis.fr

À propos d’un écho
Dans les années 1960, la notion et les pratiques intermédia prenaient de l’ampleur entre autres autour du mouvement Fluxus ou de théoriciens comme Higgins et Yougblood, arguant que l’art ne peut continuer à exister sans rompre les barrières des médias et prendre en compte son environnement social et matériel. Aujourd’hui, ce sont les petits-enfants de ces théories qui construisent le paysage de l’art contemporain. Les frontières entre les médias ne ressemblent plus qu’aux vestiges intellectuels d’une génération dépassée.

Avec Félicia Atkinson, ce sont les frontières mêmes des arts « plastiques » ou « visuels » (tel qu’on semble préférer l’employer ces dernier temps) que l’on peut interroger. [...]
icone-header-compact

Jean-Baptiste Janisset

Publication en ligne
Point Contemporain
Par Marilou Thiébault
Publié sur www.pointcontemporain.com

On les avait déjà vu jouer à exposer ensemble il y a quelques semaines, du côté de Marseille. Jean-Baptiste Janisset et Antoine Nessi, avec  26 autres artistes et collectifs avaient inventé un Off à la foire Art-O-Rama en prenant leurs quartiers à Notre-Dame-de-la-Salette, une église désaffectée, abandonnée et largement ruinée un peu à l’écart de Marseille. Exposition éclair, « Quis ut deus » avait vu son vernissage et son finissage arriver dans la même journée avec un joli nombre de curieux, de oh ! et de ah ! poussés devant la grâce du lieu et la belle audace de cet accrochage. Plutôt partisans du travail hors-champ, les deux artistes sont ensuite repartis battre la campagne dans le secteur de Notre-Dame-des-Landes, en préparation de leur exposition « NDDL » visible actuellement à la galerie RDV, à Nantes. [...]

icone-header-compact

Jan Kopp

Article
Zerodeux
Par Nadine Atallah
Publié sur www.zerodeux.fr

Avec une riche actualité incluant deux expositions personnelles à la Fondation Bullukian à Lyon (« La Patience du Tapajos », du 23 octobre 2018 au 5 janvier 2019) puis à La Tôlerie de Clermont-Ferrand (carte blanche à l’artiste, du 23 novembre au 20 décembre 2018), on peut dire que Jan Kopp a le vent en poupe. Et ce ne sont pas les riverains du canal du Rhône au Rhin, qui ont vu circuler l’artiste à bord d’une drôle d’embarcation au début de l’été 2018, qui diront le contraire. Au cours d’un périple de onze jours sur un bateau à moteur imaginé et fabriqué avec les élèves de la filière « construction bois » du lycée Gustave Eiffel de Cernay, Jan Kopp a traversé les quatre-cent dix-sept kilomètres et les cent vingt-six écluses qui séparent Mulhouse de Lyon par voie navigable, avant de remonter à contre-courant quelques semaines plus tard. Conçue comme une habitation itinérante, cette étonnante péniche baptisée Utopia House accueille un équipage évolutif d’étudiants associés au projet mais aussi de passants rencontrés sur les rives ; son extrême lenteur et sa configuration en plateforme en font un espace favorable à la discussion. [...]
icone-header-compact

Diane Guyot de Saint Michel

Article
DCA
Focus sur une exposition

DIANE GUYOT DE SAINT MICHEL - TA BOUCHE
Du 8 septembre au 28 octobre 2018 au Centre d'art contemporain La Halle des bouchers

Diane Guyot de Saint Michel (née en 1980, vit et travaille à Marseille) porte une attention particulière au langage tel qu’il est façonné et véhiculé par les discours dominants. Sa pratique (alliant dessin, vidéo, broderie, photographie, performance…) lui permet de se glisser dans les systèmes d’information qui composent notre environnement pour les explorer, les détourner et exacerber leur potentiel narratif, poétique ou critique. Chacune à leur manière, ses œuvres révèlent l’obscure et ironique banalité du quotidien à travers des connotations cachées ou équivoques. Diane Guyot de Saint Michel — dans son processus d’analyse — souligne l’ambiguïté et la polysémie de ces situations, par association d’idées ou par sérendipité. Au Centre d’art contemporain La Halle des bouchers, elle déploie un univers doux-amer où des bannières brodées et des dessins reprennent des bribes de phrases et autres slogans à double tranchant.
icone-header-compact

Antoine Dorotte, Simplexe la mare au feu

Vidéo
Making of de l'exposition "Simplexe la mare au feu"
Focus : Simplexe, la mare au feu est une exposition personnelle d’Antoine Dorotte. L’artiste réalise à cette occasion une nouvelle œuvre monumentale dans les jardins de la Maladrerie Saint-Lazare.

L'exposition Simplexe, la mare au feu invite les visiteurs à vivre une expérience formelle et cosmique puissante. Installée au cœur de la Maladrerie, l’œuvre monumentale de la forme d’un tétraèdre résonne avec les singularités architecturales du site. Historiquement le tétraèdre est le premier solide de Platon, le volume le plus simple de la création associé à l’élément feu, à la lumière et à la chaleur.

Antoine Dorotte met en perspective cette forme ascensionnelle à un travail de gravure. En transcendant ce savoir-faire ancestral vers un processus de création à une échelle monumentale, l’artiste convoque le visiteur à une plongée sensorielle dans la symbolique des matériaux. Point de hasard si Antoine Dorotte apprécie autant les objets magiques, incarnés, ceux qui se tournent délibérément vers le surnaturel et l’inconscient, ceux qui nous transcendent et nous portent vers la fragilité et la densité d'un infini chaos. Simplexe, la mare au feu provoque une expérience esthétique bousculant les habitudes visuelles. L'œuvre, à l'instar d'un idéogramme qu’il conviendrait de déchiffrer, interroge la place de l’artiste au sein de l’univers.

Cette exposition est produite et réalisée dans le cadre de la programmation du Quadrilatère hors-les-murs, en partenariat avec la Maladrerie Saint-Lazare et avec le soutien du Théâtre du Beauvaisis. Le Quadrilatère bénéficie du soutien de la Direction régionale des affaires culturelles des Hauts-de-France dans le cadre de cette exposition.

Commissaire de l’exposition : Tiphanie Dragaut-Lupescu, responsable du Quadrilatère

L’équipe du Quadrilatère remercie chaleureusement Antoine Dorotte et son équipe : Boris Geoffroy et Hugo Lemaire. Elle remercie également l’équipe technique de la Direction des affaires culturelles et plus particulièrement Sébastien Krajco ainsi que Nicolas Nief, Valentin Caron et Enora Bouzy et enfin toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de cette exposition.
icone-header-compact

Floryan Varennes, Textura Féodale

Article
pointcontemporain.com
Floryan Varennes,
Textura Féodale,
Par Catherine Soria
Septembre 2018

Floryan Varennes s’imprègne de l’imaginaire médiéval et de l’idéal chevaleresque empreint d’un certain romantisme occidental qui se nourrit de la survivance d’une féodalité tardive et de l’univers psychologique baignant l’Europe au Moyen Age. Ce phénomène de superposition entre passé et contemporain est présent dans toute civilisation, ces rémanences du passé, ces vestiges sont le germe de développement futur.

Son œuvre constitue un espace fictionnel engendré par les idéaux véhiculés dans la société médiévale à travers un corpus qui évolue entre les arts d’aimer et de guerroyer. L’artiste distille dans une panoplie d’objets et de parures, un désir sous-tendu lié à la mort qui prend racine dans les mœurs et coutumes de la culture courtoise. L’exposition Alter-Héraut est sa première monographie constituant un parcours scénographique. Elle démontre une volonté architecturale de bâtir un ensemble cohérent qui s’articule avec des lignes de forces, des compositions qui reprennent des formes connues et référencées : composition en losange, étendards en pointe, espaces cloisonnés, meurtrières photographiques et retable en caissons lumineux composent un univers qui s’auto-génère à partir de symboles et de figures archétypales revisités. [...]
icone-header-compact

Julie C. Fortier

Vidéo
Arte
44 min
Disponible du 09/09/2018 au 07/12/2018

Bretagne : comment Rennes conjugue régionalisme et ouverture sur le monde - Rencontre avec l’auteur Dmitry Glukhovsky, critique féroce du régime russe - Les temps forts de la Ruhrtriennale - Le photographe Michal Iwanowski quitte le pays de Galles pour la Pologne - Juliette Armanet, étoile de la chanson française - The Agency : ces quatre performeuses originaires de Munich font fureur.
icone-header-compact

Berdaguer & Péjus

Interview
Zerodeux
Christophe Berdaguer et Marie Péjus
Par Anne-Lou Vicente
Publié dans Zerodeux #86

Pendant quatre mois, Christophe Berdaguer et Marie Péjus investissent tout un étage du Panorama et de la Friche la Belle de Mai, l’ancienne manufacture des tabacs devenue un lieu culturel et artistique emblématique de Marseille. Issue d’un long processus et spécifiquement pensée pour le lieu avec la commissaire Sandra Adam, l’exposition, régie par un ensemble de « communautés invisibles » incarnées par de nouvelles œuvres se révélant pour certaines d’entre elles être de nouvelles versions d’œuvres préexistantes, re-suscite histoires, figures et formes appartenant au monde du dessous ou du passé, dans un esprit largement visionnaire et métamorphique. Aussi est-il moins question ici d’une rétrospective que d’une résurgence résolument réticulaire nous invitant à emprunter les voies du rêve, à outrepasser les limites de l’humain et du vivant pour tenter d’entrer en communication avec l’autre, quel et où qu’il soit. [...]
icone-header-compact

Nicolas Floc’h

INTERVIEW
ZERODEUX
Nicolas Floc’h
par Camille Paulhan
Publié dans Zerodeux #84

Nicolas Floc’h a été invité cet automne à investir l’intégralité des espaces du FRAC Bretagne à l’occasion d’une exposition personnelle mystérieusement intitulée « Glaz ». Son travail, qui s’est élaboré autour des modes de production à travers des structures autonomes générant leurs propres formes, trouve aujourd’hui de nouveaux développements à partir d’une importante recherche menée depuis 2010 sur les récifs artificiels. L’océan, peuplé de ces habitats poissonneux destinés à la survie humaine, prend une place capitale dans la pensée de Nicolas Floc’h et se déploie à travers des séries de photographies, de sculptures, de peintures, d’installations, ainsi qu’une pièce sonore et une performance. [...]
icone-header-compact

Residencies and workspaces in Flanders and Brussels

Online Tools
Flanders Art Institute
Residencies and workspaces in Flanders and Brussels
Our new online tool provides a mapping of artist-in-residence programmes and workspaces in Flanders and Brussels available for local and international artists.

Search our online mapping and find out more.
icone-header-compact

IMMERSION AU SEIN DU DERNIER CARNET DE VOYAGE DE FELICIA ATKINSON

ARTICLE
www.beyeah.net
Par Cloé Gruhier
Publié le 21/05/2018

Oubliez tout ce que vous savez sur l’ambient. Absolument tout. Mettez également de côté tout ce que vous avez trouvé ennuyeux au cours de tout documentaire animalier.

Vous vous demandez sûrement où l’on vous emmène avec ce genre d’injonctions, et c’est parfaitement légitime. La clé pour comprendre tout cela se trouve dans l’oeuvre sonore de Felicia Atkinson. Si vous ne la connaissez pas, écoutez dans un premier temps un morceau parmi tous ceux disponibles à l’écoute sur son Bandcamp – dans un lieu calme et les yeux fermés de préférence, et laissez l’experte de l’ambient expérimental faire son travail en vous.

La productrice, qui nous avait déjà charmés sur son album Hand In Hand, revient sur une scène peu exploitée mais dont elle maîtrise parfaitement les codes avec son dernier EP, Coyotes. Né à la suite d’un voyage dans les terres du Nouveau Mexique en février dernier, et influencé par de nombreuses oeuvres qui n’ont pas trait à la musique mais plutôt aux arts visuels (peinture et poésie notamment), Coyotes est une pièce en deux actes ou, selon la productrice, un « carnet de voyage sonore ». [...]
icone-header-compact

Virginie Barré, Pascal Rivet

ARTICLE
ZERODEUX
Virginie Barré, Pascal Rivet
par ilan michel

Du bord de mer au bord de route, Virginie Barré et Pascal Rivet se placent en position d’observateurs étonnés. Au-delà du dilemme qui se pose au vacancier breton, il s’agit surtout ici de revendiquer la question du point de vue et du déplacement. [...]

Publié dans le numéro : 85
icone-header-compact

Florence Doléac

ARTICLE
ZERODEUX
Florence Doléac
par ilan michel

L’exposition s’arpente pieds nus. C’est le conseil prodigué au seuil de cette première rétrospective de l’artiste et designer Florence Doléac, depuis l’époque des RADI Designers (1993 à 2003) à sa carrière solo. Keren Detton, la discrète commissaire, a modulé l’architecture de Lacaton & Vassal afin de permettre une déambulation désordonnée, suggérant par quelques adhésifs au sol un parcours en pointillés. Non-chronologique, l’accrochage invite à papillonner entre les séries de mobilier éparpillées en contrepoint, les aires de jeux et la plage de la Mer du Nord. De la fibre du tissu à la fibre nerveuse, l’expérience questionne la fonction des objets domestiques à travers la sensation et l’imaginaire. [...]

Publié dans le numéro : 84
icone-header-compact

Sur le terrain : communauté d’artistes à Douarnenez

EMISSION RADIO
FRANCE CULTURE
LES CARNETS DE LA CRÉATION par Aude Lavigne

Sur le terrain : communauté d’artistes à Douarnenez (1/5)
Bruno Peinado

Sur le terrain : communauté d’artistes à Douarnenez (2/5)
Florence Doléac

Sur le terrain : communauté d'artistes à Douarnenez (3/5)
Yoan Sorin

Sur le terrain : communauté d'artistes à Douarnenez (4/5)
Virgine Barré

Cette semaine, quittons le studio pour le terrain : direction Douarnenez (Finistère), à la rencontre d'une communauté d'artistes plasticiens qui s'y est installée. Aucun de ceux rencontrés n’est originaire de cette ville, certains y vivent depuis 25 ans et d'autres depuis 6 mois... Pourquoi ?
icone-header-compact

Géraldine Kosiak

EMISSION RADIO
FRANCE CULTURE
Géraldine Kosiak : "Le dessin est intemporel, il fait apparaître les fantômes"
Par les temps qui courent une émission de Marie Richeux

Écrivain et dessinatrice, Géraldine Kosiak publie "Chez nous" aux éditions Grasset. Un livre qui mêle textes et dessins et dont chaque paragraphe plus ou moins long commence par « Chez nous ».

" Qui sommes-nous, qu'est chacun de nous, sinon une combinaison d'expériences, d'informations, de lectures, de rêveries ? Chaque vie est une encyclopédie, une bibliothèque, un inventaire d'objets, un échantillonnage de styles, où tout peut se mêler et se réorganiser de toutes les manières possibles." 
Cette phrase d'Italo Calvino concluait un livre de Géraldine Kosiak, il y a déjà quelques années. Celui qu'elle vient de publier aux éditions Grasset dans la collection le courage s’appelle Chez nous. Il mêle des textes courts et des dessins, et le "chez nous" y prend des dimensions plus ou moins intimes. En dézoomant, en changeant les prénoms, en changeant les lieux, on peut y entrevoir les contours d’un chez nous plus vaste, une époque, un modèle social, des enfances, une histoire… Cela en fait toute la richesse.
icone-header-compact

Géraldine Kosiak "La mélancolie est pour moi un temps de l'innocence"

Emission radio
France Inter
Par Eva Bester
"Remède à la mélancolie"
Diffusé le dimanche 25 mars 2018.

"De deux courtisanes" de Vittore Carpaccio, à la scène du gigot dans "Vincent, François, Paul et les autres", de Claude Sautet, en passant par "Bette Davis Eyes" de Kim Carnes ... voici quelques-uns des remèdes de notre invitée.
icone-header-compact

Art Insider

La revue professionnelle de l'art contemporain
www.artinsider.fr
Dans un monde de l'art contemporain en pleine expansion, Art Insider s'est donné pour mission de contribuer a professionnaliser le secteur, en diffusant les informations nécessaires au développement des métiers de la création, de la production, de la diffusion et de la médiation.

Art Insider est ainsi un outil de communication et de partage d'expériences commun à l'ensemble des acteurs du secteur. Il diffuse les bonnes pratiques, partage les nouvelles approches, décrypte les opportunités et fait connaître les initiatives sous médiatisées. Dans un milieu par essence protéiforme, Art Insider vise à décloisonner, à favoriser le dialogue entre les différents métiers du secteur et à être le reflet de la diversité de ceux qui le composent.

Art Insider contribue enfin à l'élaboration d'une pensée en constante évolution en permettant des prises de position publiques sur des sujets d'actualité, et donne de la visibilité aux actions des structures professionnelles qui façonnent l'écosystème de l'art.
icone-header-compact

Etienne Bossut

Vidéo
Frac Franche-Comté
Un reportage du journal Diversions
Février 2018

Étienne Bossut
Tam tam jungle, 2013
Collection Frac Franche-Comté
icone-header-compact

Artpress #2 - n°47

« L’art dans les régions »
Entretien avec le Réseau dda
Après plusieurs décennies de décentralisation culturelle et de développement dans toute la France d’institutions dédiées à l’art contemporain, ce artpress2 dresse un état des lieux de l’art dans les régions. Balançant entre crise et utopie, il pointe les difficultés rencontrées dans un contexte de baisse budgétaire et de redéfinition territoriale qui menacent la pérennité de certains lieux. Mais il souligne aussi le rôle de laboratoire joué par la province en matière de politique culturelle et de production et diffusion de l’art contemporain. Il indique aussi la nécessité de l’ouverture à l’internationale dont témoignent, notamment, les réseaux transfrontaliers.

Dans ce numéro, Aurélie Cavanna s'entretient avec le Réseau documents d'artistes.
icone-header-compact

CHAOS SUR LE RING

Emission radio
www.radioneo.org
Replay du Mercredi 24 janvier 2018
Le premier Chaos sur le ring de l'année est consacré aux Arts !

En compagnie de quatre intervenants : Fabienne Bideaud (historienne de l'art et commissaire d'exposition) ; Marianne Derrien (chargée de mission pour les expositions à l'Académie de France à Rome – Villa Médicis); Jean-Christophe Arcos (commissaire d'exposition) ; Damien Airault (critique d'art, commissaire d'exposition) débattront de 3 expositions :

- Improvisation télépathique de Pauline Boudry et Renate Lorenz au Centre Culturel Suisse (jusqu'au 25 mars 2018);

- Toute la dis­tance de la mer, pour que les filaments à huile des mancenilliers nous arrêtent les battements de coeur. La pluie a rendu cela possible (…) de Julien Creuzet à la Fondation Ricard (jusqu'au 19 février 2018);

- Too Dumb To Fail de Hoël Duret à la Galerie Edouard Manet de Genevilliers (jusqu'au 17 mars 2018)
icone-header-compact

NICOLAS NICOLINI, SANS TITRE (PORTRAITS)

Publication en ligne
Point contemporain
De Nicolas Nicolini, nous connaissions les peintures où la figuration devient pleinement métaphorique, et les dessins au crayon dans lesquels « tout repère est aboli au profit d’une monumentalité et une disproportion des formes et d’une confusion entre abstraction et figuration. » Des « portraits d’objets » qui questionnent souvent de façon ironique notre rapport au réel. Pour l’exposition Fashionistas, Nicolas Nicolini étonne une nouvelle fois le spectateur en proposant une série de pièces en textile nées d’une première recherche sur l’enchâssement d’une toile dans son atelier bruxellois. Des œuvres « sans titre » qui traduisent une volonté de prolonger le geste de peindre et de donner à ses créations du mouvement, du volume et de la profondeur, jusqu’à les faire exister au-delà du support plan. [...]

Entretien réalisé par Valérie Toubas et Daniel Guionnet initialement paru dans la revue Point contemporain #6
© Point contemporain 2017
icone-header-compact

Félicia Atkinson

Publication en ligne
www.francemusique.fr
L'Expérimentale
Par François Bonnet
Lundi 8 janvier 2018

Compositrice invitée : Félicia Atkinson
Félicia Atkinson est l'invitée de L'Expérimentale, elle présente les compositeurs et les Oeuvres musicales qui l'ont influencée. De Pauline Oliveros à Ellen Fullman en passant par Laraaji, Félicia Atkinson nous fait découvrir une sélection raffinée d'Oeuvres expérimentales.
icone-header-compact

Suzanne Husky

Publication en ligne
La Belle Revue
«Sirene et sirenes de Suzanne Husky»
Par Jill Gasparina

Il est difficile de ne pas être interloqué à la découverte du monde des sirènes professionnelles. Pour ma part, l’idée même qu’il existe une activité de ce genre est susceptible de me redonner foi en l’espèce humaine. Pas parce [...]
icone-header-compact

Bruno Silva

BROADCAST POSTERS
www.broadcast-posters.com
BROADCAST POSTERS est une édition d’art contemporain diffusée gratuitement en France et à l’étranger depuis 2007. Chaque poster voit un jeune artiste de la région Rhône-Alpes et un artiste international confronter leur travail. Cette rencontre prend la forme d’un accrochage simple et radical: les images juxtaposées s’interrogent mutuellement ouvrant un dialogue entre deux propositions artistiques. Les posters sont diffusés à 6000 ex. dans plus d’une centaine de lieux. En résonance avec la Biennale de Lyon. Broadcast est soutenu par la Manufacture d’Histoires Deux-Ponts. Commissariat : Amandine Rué et Guillaume Perez.

BROADCAST POSTER#14 Bruno Silva | Julien Creuzet

à gauche : O Buraquinho, Bruno Silva, 2017
à droite : Ton état, qui n’est plus un pays, ton pays qui est une zone industrielle. Ton argent n’a plus de valeurs. Quelle différence il y a entre lui et toi ? J’ai été digéré, il y a un peu plus longtemps, c’est cela mon intégration. Etre une longue digestion douloureuse., Julien Creuzet 2017
icone-header-compact

Pierre Labat & Sylvain Chauveau: Black Composition

Vidéo
A visual and performative piece by Pierre Labat & Sylvain Chauveau. First created at Greylight Projects, Brussels (Belgium), September 2017.
icone-header-compact

Florence Doléac

Vidéo
Entretien avec Florence Doléac
« Minute Papillon » est la première exposition d’envergure qu’une institution française consacre à Florence Doléac, artiste et designer reconnue internationalement. Ses tables perforées, ses assises alanguies et ses luminaires masqués, insufflent un air fantastique dans l’univers domestique. Depuis plus de vingt ans, elle produit des objets généralement fonctionnels, souvent inutiles et parfois fugaces, qui surgissent de manière intempestive, comme pour arrêter le cours du temps… « Minute Papillon ! »
icone-header-compact

Linda Sanchez

Lauréate
Bourse Révélations Emerige
lauréate de la 4ème édition de la Bourse Révélations Emerige

Linda Sanchez à été nommée Révélation Emerige 2017 à la suite des délibérations du jury de la 4eme édition de la Bourse Révélations Emerige. Grâce à la bourse, Linda Sanchez bénéficiera d’un accompagnement professionnel, d’un atelier mis à sa disposition et sera soutenue par une bourse de 15 000 euros pour réaliser sa première exposition personnelle à la galerie Papillon courant de l’année 2018, à Paris.
icone-header-compact

Julie C. Fortier

Publication en ligne
www.mouvement.net
À plein nez, à planer
Par Rémi Baert

Julie C. Fortier investit le patio du musée des Beaux-arts de Rennes avec une exposition personnelle intitulée C'était un rêve qui n'était pas un rêve. Outre les correspondances qu’elle propose avec les œuvres des XVIIe et XVIIIe siècle, l’artiste présente des installations et performances culinaires et olfactives. […]
icone-header-compact

Yann Sérandour

Publication en ligne
www.mouvement.net
Exposition-partition
Par Rémi Baert

À la Criée de Rennes, Yann Sérandour compose son exposition comme une partition à activer. Pièces pour clavecin opère des allers-retours entre les évènements d’un passé, plus ou moins lointain et notre contemporanéité, et produit des déplacements entre l’histoire écrite et celle qui est à écrire, comme le ferait un musicien-interprète. [...]


icone-header-compact

Martin Le Chevallier

Vidéo
www.cnap.fr
Les œuvres de Martin le Chevallier nous racontent des histoires pleines d’humour et de poésie, qui extrapolent la réalité et anticipent des futurs caricaturaux. Mais plutôt que de recourir à de simples trames narratives, il préfère créer des formats plus divertissants comme des vidéos interactives ou des jeux vidéo, qui séduisent le spectateur pour mieux l’impliquer. Ainsi, Félicité fonctionne comme un documentaire qui présenterait un monde utopique où règnent le bonheur et l’oisiveté à l’excès. Le public est invité à se balader dans différents récits et prend conscience au-fur-et-à-mesure que ce monde à priori idéal est, en réalité, un véritable enfer aseptisé. Cette société parallèle, qui tout d’abord séduit puis finalement inquiète, témoigne de l’ambiguïté de nos aspirations.
icone-header-compact

Surfer un arbre

surferunarbre.ddab.org
Le projet Surfer un arbre réunit un groupe de surfeurs, artistes, plasticiens, chorégraphes, designers, graphistes qui, ensemble, et à partir d’un arbre, un cèdre rouge de 5 m de long et 60 cm de diamètre, fabriquent des “alaïas” et “paipos”. Une fois les planches réalisées, ensemble, ils vont surfer l’arbre. Chaque artiste participant conserve une partie de l’arbre, l’une des planches, celle qu’il a fabriquée en tant que surf mais qui constitue aussi le support de futurs projets artistiques. […]

Un projet de Nicolas Floc’h avec le shaper d’alaïa Xavier Moulin alias Xalaia et Laurie Peschier-Pimont, Gabriel Haberland, Benoît-Marie Moriceau, Edgar Flauw, Anaïs Touchot, Laurence Perrillat, Antoine Dorotte, Eva Taulois, Margaux Germain, Martin Bachelier, Corentin Vitre, Leila Rose Willis, Esteban Richard, Nils Guadagnin, Edouard Prulhière, Thomas Petitjean, Paul Bienvault, Jérôme Robbe, Mathis Berchery.

icone-header-compact

continuum.

Projet collaboratif
Espace d'art indépendant situé dans le quartier du Grand Parc à Bordeaux. Continuum. est un nouvel espace d’art contemporain, à l’initiative Vincent Carlier, Julie Chaffort, Laurent Kropf, Pierre Labat, Sébastien Vonier.
continuum. propose une exposition évolutive sur deux ans, dont le premier état a été inauguré récemment. Son accrochage est en constante évolution. Chaque évolution définit un "État", qui se superpose à l'État initial, une peinture murale de John M Armleder.

> En savoir plus
icone-header-compact

EN DIRECT DE L’EXPOSITION "PARASITE PARADISE"

Publication en ligne
Point contemporain
Après le Frac Bretagne, la Fondation Maeght et l’Espace de l’art concret, c’est au tour du Frac Paca d’accueillir, sur l’invitation de Pascal Neveu son directeur, la production protéiforme de Pascal Pinaud.
icone-header-compact

Gérard Traquandi et « Le présupposé du blanc »

Interview
Radio Paréidolie
Gérard Traquandi nous dit quelques mots de ce « Présupposé du blanc »,  la génèse de ce projet, sa vision du dessin, et  ces choix pour cette exposition.

Une émission réalisée par WRZ en partenariat avec Paréidolie, salon international du dessin contemporain.
icone-header-compact

Flora Moscovici

Publication en ligne
Zerodeux
par Raphael Brunel

Toute la peinture du monde
La scène reste fascinante : quelque part au fond d’une grotte humide, crépitant et s’animant à la lueur d’une torche ou d’un feu de camp, des pigments liquéfiés sont projetés par un souffle chaud sur des parois dont les aspérités sont prises en compte pour donner vie à une scène de chasse ou à un corps animal.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

Olivier Mosset, Jean-Baptiste Sauvage

Publication en ligne
Zerodeux
par Patrice Joly

Motochromes
Le projet Olt est le résultat d’une rencontre entre une pratique quasi monomaniaque du monochrome et un amour immodéré de la moto. Dans la lignée de ce penchant pour tout ce qui touche à la route, les stations qui jalonnent les grandes chevauchées mécanisées à travers l’Ouest américain occupent une place particulière dans le panthéon d’Olivier Mosset, entre l’oasis et le refuge, la modestie d’une architecture minimale et l’exubérance d’une signalétique délirante, elles participent d’une mythologie que l’on retrouve plus facilement dans les salles obscures que sur les cimaises des musées, de Bagdad café au Facteur sonne toujours deux fois, une espèce de passage obligé du road movie.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

Florent Meng

Publication en ligne
www.ilikethisart.net contemporary art blog
“The Sculptures of the Walker represent a photographic suite presented as digital prints and published in a set of 12 booklets. The images are meant as short sequences circling around their subjects. They indeed propose several viewpoints of undefined places and objects occupying a position of transitional disuse. These forms as close to sculpture as to the photographic subject are registered in the course of long walks. [...] ” – Julia Guillon, 2010
icone-header-compact

Yves Chaudouët

Emission radio
France Culture
La Grande table d'été :
Dans les rues et sur la route pour capturer le réel


Photographier la rue, photographier la route, c'est le sujet de cette émission spéciale en direct de Arles, qui donne d'abord la parole au père de la photographie de rue, l'Américain Joel Meyerowitz. Ensuite, départ "On the road again" avec trois artistes et photographes, qui évoquent leurs travaux.

En deuxième partie d'émission, la Grande Table part sur les routes et invite les artistes et photographes Samuel Gratacap, Marie Bovo et Yves Chaudouët à nous parler de leurs travaux, exposés dans le cadre des Rencontres de la photographie de Arles.
icone-header-compact

Nicolas Floc'h

Vidéo
www.cnap.fr
« Au croisement de la sculpture, de l’architecture, du paysage, de la photographie et de la recherche scientifique, l’art de Nicolas Floc’h pose également des questions de nature plus politique en ce qu’elles touchent à l’espace et à l’usage auquel les hommes le soumettent, à des manières d’agir sur le réel autant qu’aux moyens de le représenter. Arrachant aux régions aveugles des formes utiles qu’il assigne à la gratuité de la contemplation esthétique, il décide tout autant de ce qui peut être abstrait de la délectation et dévolu à la plus exigeante et à la plus inattendues des fonctions, à laquelle rarement l’art n’ose même plus songer, celle de participer directement à la régénérescence des biotopes c’est-à-dire à la survie des espèces. »*

Nicolas Floc’h fait parti des six artistes lauréats de la résidence Tara Pacific, qui aura lieu entre 2016 et 2018 et durant laquelle ils se relaieront. Les artistes partagent la vie des marins et des scientifiques qui mènent à bord une étude de deux ans sur la biodiversité des récifs coralliens du plus vaste océan. Leurs œuvres seront exposées à Paris à l’issue de l’expédition fin 2018.
icone-header-compact

Les Regards du Grand Paris #4 : Karim Kal

Conversation avec Karim kal
www.duuuradio.fr
Sur l'invitation des Ateliers Médicis, *DUUU a réalisé des portraits radiophoniques autour de dix photographes dans le cadre de la commande photographique « Les Regards du Grand Paris ».
icone-header-compact

Les Regards du Grand Paris #6 : Bertrand Stofleth

Conversation avec Bertrand Stofleth
www.duuuradio.fr
Sur l'invitation des Ateliers Médicis, *DUUU a réalisé des portraits radiophoniques autour de dix photographes dans le cadre de la commande photographique « Les Regards du Grand Paris ».
icone-header-compact

Les Regards du Grand Paris #7 : Julien Guinand

Conversation avec Julien Guinand
www.duuuradio.fr
Sur l'invitation des Ateliers Médicis, *DUUU a réalisé des portraits radiophoniques autour de dix photographes dans le cadre de la commande photographique « Les Regards du Grand Paris ».
icone-header-compact

Félicia Atkinson

Interview
www.15questions.net
Fifteen Questions Interview with Félicia Atkinson
Cooking with Neil Young

Name: Félicia Atkinson
Nationality: French
Occupation: Producer, Sound Artist
Current Release: Hand in Hand on Shelter Press
Recommendations: I just read the «novel» I love Dick by Chris Kraus. It’s funny, annoying, smart, dark, profound, superficial, sexy, disgusting, and brillant like a stolen bottle of champagne. I loved it.
I am always in awe of Etel Adnan's paintings, tapestries, and poems. Thinking of her makes me always happy and give me courage when I feel weak. She was born in 1925 in Beyrouth and her work is the more dynamic, alive and youthful than anything I know.

[…]
icone-header-compact

François Dilasser

Portrait croisé
OUFIPO
Le peintre François Dilasser, décédé en 2012, a vécu et travaillé à Lesneven dans le Nord-Finistère. C’est dans leur maison de Lesneven que son épouse Antoinette Dilasser nous a reçu à la fin décembre 2016 pour un portrait croisé d’elle-même et de celui qui a partagé sa vie durant plus de soixante ans. Dessinant depuis l’enfance, c’est à partir des années 1960 que François Dilasser a choisi de se consacrer entièrement à la peinture. Obtenant rapidement la reconnaissance de certains galeristes parisiens, les œuvres de François Dilasser ont fait l’objet de diverses expositions en France et à l’étranger et sont entrées dans les collections de plusieurs musées.
icone-header-compact

Art & mondes du travail

Ressources
DGCA
Les politiques publiques conduites par le ministère de la Culture et de la Communication ont notamment pour objet de favoriser le partage des arts et de la culture avec le plus grand nombre de nos concitoyens.

Le monde de l’entreprise entre peu ou difficilement en partage avec les sphères de la création artistique. Or c’est dans l’activité de travail que l’on innove, invente, dans l’industrie comme dans les services, et que se forge une culture sociale, professionnelle, technique, scientifique. [...]

> Retrouvez ici les documents et outils proposés sur la place et l'insertion des arts visuels dans le monde du travail.
icone-header-compact

Jean-Baptiste Sauvage

Publication en ligne
www.lesinrocks.com
Par Jean-Marie Durand

A partir d’une campagne de pub pour Elf réalisée en 1967, Olivier Mosset et Jean-Baptiste Sauvage explorent le cercle comme fétiche esthétique.

En 1967, l’artiste suisse Olivier Mosset inaugurait un célèbre cycle de peintures dont le motif fétichisé était un cercle. Jusqu’en 1974, moment où il choisit de se consacrer aux bandes, il peignit au centre de ses toiles blanches un cercle noir neutre. Une manière maximaliste de réinterroger, sur un mode minimal, la peinture et la fonction même du peintre. […]
icone-header-compact

Guillaume Pinard, Du fennec au Sahara

Review
Zerodeux
par Julien Zerbone

On connaissait la passion dévorante de Guillaume Pinard pour le dessin, le fusain, pour l’animation. En digne héritier de Asger Jorn et de la démarche expérimentale, il investit avec la même ardeur frénétique le champ de la peinture et la chapelle du Genêteil, à Château-Gontier. Du titre de l’exposition « Du fennec au Sahara », on ne tirera pas de grands enseignements, si ce n’est l’ironie qu’il recèle vis-à-vis de cette tendance à proposer des expositions parcours dont la conception est marquée par une vision téléologique de l’histoire de l’art qui hérisse manifestement Guillaume Pinard. Ici, l’intervalle du fennec au Sahara est plutôt mise à profit pour s’adonner au plaisir de la dérive et de l’interprétation.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

Nicolas Milhé : Respublica au Frac Aquitaine

Publication en ligne
Zerodeux
On dirait bien que le politique est depuis le début au cœur des préoccupations du travail de Nicolas Milhé. Mais qu’est-ce qu’un travail politique au juste ? Le politique était l’un des éléments centraux de réflexion de l’avant-dernier 02 (1) : serpent de mer de la bien pensance artistique, il resurgit régulièrement en temps de crise. La position de l’artiste politique n’est jamais simple puisqu’il doit justement se garder d’être trop « ouvertement » politique au risque de frôler la disqualification pour hors-jeu formel, il ne doit pas non plus verser dans la démagogie d’œuvres « affirmatives » qui n’ont de dérangeant que leur potentiel sémantique.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

Florian Pugnaire et David Raffini, Théâtre des Opérations

Publication en ligne
Zerodeux
Toiles lacérées à la sangle, voitures et machines à l’épreuve de la compression : la mécanique de destruction à l’œuvre chez Florian Pugnaire et David Raffini a de prime abord un air de famille avec le Nouveau Réalisme. À y regarder de plus près, cette stratégie de destruction s’inscrit dans le processus de fabrication de l’œuvre ; l’action performative et le geste en conditionnent l’apparition.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

L’in situ de Benoît-Marie Moriceau

Publication en ligne
Zerodeux
La lente conquête de l’espace qui a suivi l’assomption du white cube comme point culminant du processus d’autonomisation de l’œuvre d’art pourrait constituer à elle seule une histoire parallèle de l’art au xxe siècle. Suite au retournement qui, selon Brian O’Doherty1, a figé le contexte de monstration en ses positions académiques, le développement récent de l’in situ procède d’une déconstruction des bases qui ont contribué à sacraliser l’œuvre d’art, au risque même d’en saper les privilèges.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

Anne Le Troter

Interview
par Raphael Brunel
À travers ses installations sonores volontiers polyphoniques, Anne Le Troter explore les mécanismes du langage. Nourrie par les expériences du quotidien et des poètes tels que Christophe Tarkos, Charles Pennequin ou Nathalie Quintane, sa pratique se développe à partir de l’enregistrement et du montage d’une parole collectée. L’oralité et les jeux de rôles qu’elle met en place deviennent les vecteurs d’une observation du monde qui tend de plus en plus à prendre la forme d’une œuvre totale traduisant sa fascination pour la représentation théâtrale. Entre décor et scénographie, elle construit des territoires pour ces voix sans corps qui se déploient dans l’espace. À l’occasion de son exposition « Liste à puces » au Palais de Tokyo, nous revenons avec elle sur son parcours à travers le langage.

>> Lire la suite sur le site de Zerodeux
icone-header-compact

Thomas Tudoux, Les complexes de Décubitus

Point contemporain
Revue d'art contemporain
" Tout mon travail porte sur l'hyperactivité de notre société. Dans cette série, j'ai voulu m'intéresser à ce qu'il reste comme place pour le sommeil. " Thomas Tudoux, Les Complexes de Décubitus retracent, à travers deux séries de dessins au crayon sur papier, Étude (2103) [...]
icone-header-compact

Villeglé, retour à Saint-Malo

Publication en ligne
www.kubweb.media
À l’été 2016, Hervé Portanguen est parti à Saint Malo, rencontrer Jacques Villeglé dans sa maison de famille. Célèbre pour ses affiches lacérées et sa « guérilla des signes », le vieil homme au chapeau, toujours vaillant, est considéré comme le père du street art. La galerie Vallois à Paris, venait de célébrer son 90e anniversaire en exposant une suite d'affiches lacérées, aux tons verts et orange fluo. Parmi elles des portraits de l'artiste que la ville de Quimper (sa ville natale) avait placardés dans les rues en 2006 et que Villeglé s'était amusé à collecter. Autre curiosité, un film abstrait inabouti, PÉNÉLOPE (©Centre Pompidou CNAM) coréalisé avec son ami Raymond Hains, entre 1950 et 1954, avec des verres déformants, dont nous relatons ici la genèse.
icone-header-compact

Grégory Cuquel

Publication en ligne
thankyouforcoming.net
« L’atelier est ce qui me tire debout »
Publié en Mai 2016

par Camille Paulhan

(Épisode #1 – Feuilleton à suivre sur thankyouforcoming !)
• 
Je n’y peux rien, les ateliers m’émeuvent ; je voulais proposer pour thankyouforcoming des portraits d’atelier, des propos d’artistes glanés dans ces lieux, devant leurs œuvres. Il n’y est d’ailleurs pas forcément question de ces dernières, mais plutôt de ce qu’un atelier fait à la production artistique, de comment y travaille-t-on, comment y flâne-t-on.
Savoir, au juste, si et comment la lumière spécifique de l’automne sur les carreaux, l’acoustique défaillante ou les odeurs du restaurant mexicain au pied de l’immeuble influent sur les œuvres que produisent les artistes.
Savoir, également, ce qu’on y écoute comme musique, quelles cartes postales ont été punaisées aux murs, si l’on marche sur des bâches, du papier bulle, des points de peinture ou des chutes de papier. Y voir, aussi, les para-œuvres, les infra-œuvres, les pas-tout-à-fait-œuvres, les plus-du-tout-œuvres, et être donc au cœur du moment du choix.
 Je n’avais pas très envie qu’apparaissent mes questions, elles se sont donc effacées. 
icone-header-compact

Lapin-Canard

Posters d'artistes
Fondé en 2015 par Matthieu Clainchard, Lily Matras et Nicolas Milhé, LAPIN-CANARD édite des posters d'artistes au format A0 en 10 exemplaires en partenariat avec l'Atelier Martin Garanger. Chacune des éditions occasionne une soirée de lancement.
icone-header-compact

Partenariat avec le CNAP

Depuis 2015, le Centre national des arts plastiques et le Réseau documents d’artistes collaborent pour enrichir les contenus documentaires en ligne sur leurs sites web respectifs, afin de contribuer à la visibilité des scènes artistiques contemporaines françaises.

Dans le cadre de ce partenariat, le Réseau dda constitue des notices biographiques d’introduction au travail des artistes qu’il représente, à partir des contenus publiés en régions. Traduits en anglais grâce au Cnap, ces textes bilingues sont diffusés sur reseau-dda.org et sur cnap.fr.
icone-header-compact

Slash/Paris

Art, expositions, magazine
slash-paris.com
Toute l'actualité de l'art, les meilleures expositions à Paris — musées, galeries, fondations – un magazine critique, des artistes & des vernissages sur Slash... dont les artistes du réseau :

Moussa Sarr, Stéphane Bérard, Wilson Trouvé, Antoine d’Agata, Josué Z. Rauscher, Gilles Barbier, Xavier Theunis, Catherine Melin, Jérémy Laffon, Jean Dupuy, Boris Chouvellon, Pascale Robert, Pugnaire et Raffini, Berdaguer et Pejus, Bettina Samson, Pascal Broccolichi, Pierre Malphettes, Abraham Poincheval, John Cornu, Marcel Dinahet, Bruno Peinado, Virginie Barré, Ariane Michel, Hoël Duret, Nicolas Milhé, Laurent Le Deunff, Muriel Rodolosse…
icone-header-compact

Mois de la Photo Grand Paris

Pionnier lorsque Henry Chapier et Jean-Luc Monterosso l’ont créé en 1980, le « Mois de la Photo à Paris » a connu un engouement populaire inédit et encouragé la capitale à se doter de structures permanentes dédiées à cet art dans une proportion unique au monde.

Depuis la création de ce premier Mois de la Photo, la photographie a connu une accélération spectaculaire. Les pratiques se sont multipliées, de nouvelles techniques sont disponibles, l’expertise dont elle bénéficie de la part des opérateurs culturels est sans commune mesure et l’engouement du public est massif. […]
icone-header-compact

Medicis-Clichy-Montfermeil

Depuis décembre 2015, l’Établissement Public de Coopération Culturelle des Ateliers Médicis a pour objet de préparer la création à l’horizon 2023 d’un Grand lieu culturel dont la vocation sera artistique et aussi éducative, sociale, économique.

Ce grand projet culturel se projette dans le temps. Il se déploie à travers un processus innovant d’élaboration par l’expérimentation, une programmation culturelle dès 2016 et la création, en 2017, d’un lieu éphémère, pavillon du projet.
icone-header-compact

Catherine Rannou

Entretien Vidéo
Frac Nord-Pas de Calais
Rencontre avec Catherine Rannou :
L’Agence internationale
Anne, jean-Philippe, Richard

Production : Frac Nord-Pas de Calais
Réalisation : Jean-Marc Courtin
© Sarasael 2017
Page 1 of 2