http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
INSCRIPTION à LA NEWSLETTER
Recevez par email les actus et les informations
 
Newsletter
Retour sur Actualités d'artistes

Jérémy Liron

  • Une île
  • Exposition

  • Château de Saint-Marcel-de-Félines, Saint-Marcel-de-Félines

  • Du 11/10/2019 au 25/11/2019
« On n'est jamais à savoir si l'on doit s'accorder au tumulte du monde, en adopter la confusion, en rejoindre l'agitation et les passades, s'y fondre et s'y couler ou y opposer le regard stable, intemporel, droit et glacé de celui qui passe outre. » Jérémy Liron n'est pas seulement peintre, il écrit aussi – et de fort belle manière. Comme il peint. Originaire de Marseille, installé à Lyon, la trentaine entamée, ancien élève de Bustamante aux Beaux-Arts de Paris, Liron a jeté son dévolu sur le monde urbain. Celui qui l'entoure. Parce que, comme il l'écrit encore : « Une chose est sûre : jamais on n'échappe au contexte ; on ne peut parler que depuis là où, dans l'espace et dans le temps, on se trouve. » Justement, le temps suspendu, l'espace fragmenté, ce sont là les vecteurs directeurs de sa peinture. Une peinture qui procède du silence, façon nature morte de Chardin, et qui donne à voir des compositions puissamment architecturées. Présentés sous plexiglas, comme pour les mettre à distance, ses tableaux peints à l'huile sur toile déclinent tout un monde d'arrêts sur image qui en dit long de l'influence du cinéma sur l'artiste. Il dit d'ailleurs envisager les paysages désertés qu'il peint « comme un repérage pour un hypothétique film », mais que leur fragmentation rend tout montage impossible et que « toute fiction s'évanouit ». Point de nostalgie toutefois, seulement de l'inquiétude. – titre de son exposition chez Isabelle Gounod. « Pourquoi l'inquiétude ? Pour ne pas céder au besoin de consolation », dit-il.
Philippe Piguet, 2012

Jérémy Liron, "Paysage 85", 2010 Jérémy Liron, "Paysage 85", 2010 © Droits réservés