http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
INSCRIPTION à LA NEWSLETTER
Recevez par email les actus et les informations
 
Newsletter
Retour sur Actualités d'artistes

Pascal Jounier Trémelo

  • Vestiges d’une pensée tactile
  • Exposition

  • Le Radar, Bayeux

  • Du 01/06/2019 au 15/09/2019
Vestiges d’une pensée tactile réunit les œuvres de quatre artistes : Julien Discrit, Akira Inumaru, Pascal Jounier Trémelo, Thomas Tronel Gauthier. L’exposition crée ainsi une passerelle entre des pratiques singulières où un ensemble d’œuvres se côtoient, se croisent et se répondent autour de la notion d’empreinte.

Nombreux sont les artistes qui se sont emparés de l’empreinte à travers de multiples pratiques qui ont marqué l’Histoire de l’art. Pour autant, chacun a un jour pu expérimenter la trace de ses pas sur le sable humide, observer la marque de l’oreiller sur sa joue au réveil, ou encore, l’inscription, en cercle, de sa tasse de café sur la table de la cuisine. La marque de l’empreinte est élémentaire, immédiate. Elle naît au contact d’un élément sur une surface ou une matière sensible, pour devenir trace ou forme.

L’empreinte manifeste le désir d’imprimer cette rencontre à jamais, elle capte l’instant, duplique le réel. Chacun des artistes, à leur manière, explore la matière dans une volonté de mimer ce réel, de s’en emparer. Figée, la trace révèle des indices sur ce qu’il est advenu, restitue une action. Se crée alors un jeu de ressemblance et de dissemblance entre le modèle et son double. Les pistes se brouillent, le mode opératoire des œuvres se révèle entièrement, tout en gardant intacte une part de mystère.

Chaque trace laissée sur la surface ou la matière sensible est liée à l’objet qui s’y imprime, au temps de l’action, aux textures qui se rencontrent. Les gestes, les accidents et les coïncidences des expérimentations participent du processus, un outil de traduction du monde. Avec le moulage, elle devient un outil d’appropriation. Le moule est alors un creux dont naît la forme. Il est le berceau du vide, lui donne un corps. Par son absence la matrice appelle à la mémoire et témoigne de ce temps de la rencontre. Plus qu’une contre-forme, l’objet du moule restitue le temps du contact, produit une forme anachronique figée, du temps solidifié.

L’empreinte, souvent imitatrice d’un original, peut également en être issu directement. En atteste l’empreinte par la brûlure, qui convoque les éléments de la nature, condense son énergie, manifeste sa force créatrice. Cette manifestation est distincte de la forme. L’empreinte devient alors l’essence de l’immédiat, la trace de l’immédiat.

Ainsi, Vestiges d’une pensée tactile alimente des spéculations, envisage des imaginaires, avec la possibilité de reconstruire des mondes. Entre la nature et les objets issus de la main de l’homme, il semble ici se jouer deux visions de notre environnement, à la fois distinctes et complémentaires. L’empreinte est une manière de mettre en regard, de dessiner des liens transversaux, de monter des parallèles pour, sans cesse, décaler notre vision.
 
Pascal Jounier Trémelo © Droits réservés