http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
INSCRIPTION à LA NEWSLETTER
Recevez par email les actus et les informations
 
Newsletter
Retour sur Actualités d'artistes

Nicolas Momein

  • Exposition

  • Galerie Ceysson & Bénétière, Saint-Etienne

  • Du 18/04/2019 au 01/06/2019
Les œuvres de Nicolas Momein offrent souvent au regard une surface enveloppante comme une gaine, un fourreau où nous serions bien imprudents de projeter nos fantasmes. Lisse ou rugueuse, pelucheuse ou visqueuse, dure ou molle, cette enveloppe parle avant tout au sens haptique de la vision, à cette propriété du toucher rétinien : matières, formes et corps. Ce sens haptique est particulièrement activé avec certains matériaux de prédilection de l'artiste, comme le crin animal, la laine de roche ou encore les serviettes en tissu éponge, dont le rappel du contact quotidien avec la peau mouillée se double ici de l'effusion de motifs populaires imprimés, au kitsch affirmé autant que démodé, avec ses teintes pastel mièvres, ses couchers de soleil rouge saumon et ses roseaux penchés sur fond de lagon bleu chewing-gum. Nicolas Momein en recouvre certaines de ses pièces leur conférant un statut ambigu d'objet de société déclassé et culturellement éloigné dans le temps, tout en rendant manifestes ses qualités de présence matérielle. Ainsi des grands panneaux de bois tapissés de Bulgomme que l'artiste présente sous forme de paravent ou bien en jeu de parois murales modulables comme un jeu de cartes à la dimension de l'architecture. Astiqués à l'aide de cires métalliques, ces Bulgommes s'animent et s'irisent, révélant une surface trouble qu'on laissait le plus généralement cachée. En effet, cette matière assez morne, mixte de caoutchouc et de polyester, à la fois souple, imperméable et résistante, servait à nos grand-mères de dessous de nappe pour protéger le bois de la table du repas de la chaleur des plats, des rayures et autres taches de liquides. Pourtant quel enfant n'a pas éprouvé de plaisantes sensations à son relief mou et moiré, suivant du doigt le tracé de ses motifs géométriques répétitifs produisant un des premiers effets domestiques de type psychédélique ?
Ce monde haptique des matières familières oubliées, Nicolas Momein le ressuscite en d'étranges sculptures et environnements qui, à l'image de l'écrin, enveloppent le corps du spectateur d'une curieuse peau suggestive, réveillant le décor mouvant de nos souvenirs sensitifs. [...]

Vincent Labeaume, Clichy-la-Garenne, 2015


> plus d'infos
Nicolas Momein, "Flaque #18", 2017 Nicolas Momein, "Flaque #18", 2017 © Droits réservés