http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
INSCRIPTION à LA NEWSLETTER
Recevez par email les actus et les informations
 
Newsletter
Retour sur Actualités d'artistes

Fouad Bouchoucha, Laurence Cathala

  • Des Attentions
  • Exposition

  • CREDAC, Ivry-sur-Seine

  • Du 18/01/2019 au 31/03/2019
Avec des œuvres de Fouad Bouchoucha, Laurence Cathala, Raymond Hains, Susan Hiller, Nicolás Lamas, Daria Martin, Antoni Muntadas, Daniel Steegmann Mangrané, Batia Suter, Suzanne Treister.

Parmi les foules affairées de certains tableaux renaissants, des figures hors-jeu pointent leur index vers le cœur trépidant de la scène, interceptant et invitant notre regard, peut-être égaré. Dessinée dans les marges de certains manuscrits puis reproduite en signe typographique, la petite main à l’index tendu (manicule ou digit) sert ensuite d’annotation, indiquant au lecteur, peut-être pressé ou distrait, les passages notables d’un texte. Puis, de plus en plus directive, cette main devient pur outil de communication : flèche signalétique, enseigne lumineuse, injonction commerciale. La petite main devient légion, attirant notre attention sur une myriade de signaux émis par la presse, la radio, la photographie, le cinéma et la télévision.

Bien avant que notre environnement médiatique ne mute en cosmos numérique, Walter Benjamin constatait déjà la généralisation d’une « réception par la distraction », signalant « d’importantes mutations de la perception ». Sur internet, c’est encore l’icône d’une petite main, gantée de blanc, qui signale le survol de liens hypertextes, activables par la pression d’un clic, tandis que parallèlement, nos doigts pistent directement sur écran tactile des traques tour à tour inspirées et désœuvrées. Des frayages multiples – captifs ou émancipés – qui dessinent des cheminements mus par l’intérêt, la curiosité, l’étonnement ou le délire associatif.

Dans l’esprit d’une « écologie de l’attention » définie par Yves Citton en 2014, l’exposition des attentions s’interroge : « que laissons-nous passer (ou pas) à travers nous » au sein de l’environnement numérisé dans lequel nous évoluons ? Les dix artistes rassemblés pour cette exposition mobilisent une attention fluctuante et vagabonde, affranchie d’un déterminisme technologique comme d’une standardisation monnayable. Plutôt qu’un état d’alerte permanent exigeant d’être immédiatement réceptif et réactif, ils esquissent une veille furtive et modulable, rêveuse et frondeuse ; sourde aux chants des sirènes, mais attentive au contexte, à l’entourage, à l’environnement. Loin des impératifs de performance dictés par une logique quantificatrice, leurs œuvres embrassent une « distraction émancipatrice », une attention flottante capable de faire ses propres mises au point.

Brice Domingues, Catherine Guiral et Hélène Meisel

Prêteurs :
Centre Pompidou, Paris - Musée national d'art moderne / Centre de création industrielle ; Collection 49 NORD 6 EST - Frac Lorraine ; Espace multimédia Gantner, Département du Territoire de Belfort ; Collection KADIST ; Collection Laurent Fiévet, Paris ; Collection Marie-Aline Prat, Paris
Galerie de France, Paris ; Meessen De Clercq, Bruxelles

Le projet de Batia Suter est soutenu par le Mondriaan Fund.
Fouad Bouchoucha, "Point-virgule", 2015-2019 Fouad Bouchoucha, "Point-virgule", 2015-2019 © Droits réservés