http://www.reseau-dda.org/
icone-header-compacticone-header-compact
INSCRIPTION à LA NEWSLETTER
Recevez par email les actus et les informations
 
Newsletter
Retour sur Événements du Réseau

Images résistantes

  • Exposition à la Fondation Bullukian
  • Lyon
  • Du 11/02/2015 au 28/02/2015
Exposition de Documents d’artistes Rhône-Alpes à la Fondation Bullukian, en partenariat avec le Réseau documents d’artistes et Bimp.

 

Avec des œuvres de :

Fabienne Ballandras - Jonas Delaborde - Karim Kal - Benoît Laffiché - Frédérique Lagny - Pascal Poulain - Guillaume Robert - Till Roeskens - Ian Simms - Serge Le Squer
 
Par diverses procédures documentaires, narratives, scientifiques ou fictionnelles, les artistes réunis ici développent des outils alternatifs pour analyser le présent. Une analyse subjective, passant par l’observation des relations qu’entretiennent les individus avec leur environnement, des rapports de force et ambiguïtés qui s’y fondent.

Ils mettent en lumière des zones de conflits - entre territoires vécus et enjeux géopolitiques, intérêts économiques et contestation sociale, notion de propriété et exclusion, singularité et globalisation - des frontières paradoxales autour desquelles se dessinent les géographies contemporaines.

Leurs œuvres mettent le langage et l’image à l’épreuve, interrogeant l’écriture de la mémoire et de la représentation. Elles décentrent le regard en marge de l’imagerie médiatique et nous invitent à renforcer notre vigilance critique.

L’exposition s’appuie sur la nouvelle contribution éditoriale publiée sur le site reseau-dda.org : Contre l’obsolescence programmée d’autres images, par Mathilde Villeneuve, co-directrice des Laboratoires d’Aubervilliers, critique d’art et commissaire d’exposition.

Rencontre publique - mercredi 25/02 à 19h, Fondation Bullukian, Lyon
avec Mathilde Villeneuve, Benoît Laffiché, Ian Simms et Serge Le Squer

Une réstitution audio et/ou vidéo sera bientôt mise en ligne

 

  • 01-bullukianP
    1/14 - Vue de l'exposition Photo : © Pascal Poulain
  • 02-bullukianP
    2/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 03-bullukianP
    3/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 04-bullukianP
    4/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 05-bullukianP
    5/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 06-bullukianP
    6/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 07-bullukianCT
    7/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 08-bullukianCT
    8/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Caroline Capelle Tourne
  • 09-bullukianCT
    9/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Caroline Capelle Tourne
  • 10-bullukianP
    10/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 11-bullukianP
    11/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Pascal Poulain
  • 12-bullukianCT
    12/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Caroline Capelle Tourne
  • 13-bullukianCT
    13/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Caroline Capelle Tourne
  • 14-bullukianCT
    14/14 - Vue de l'exposition
    Photo : © Caroline Capelle Tourne

 



Contre l’obsolescence programmée d’autres images (extrait)
Par Mathilde Villeneuve, critique d’art et commissaire d’exposition, Co-directrice des Laboratoires d’Aubervilliers, janvier 2015

Notre monde globalisé ne cesse d’étendre ses logiques d’aspiration et d’obstruction de l’information, notre société de communication, axée sur l’image, sert majoritairement des intérêts économiques plus ou moins opaques qui ont tendance à cliver le public et à le modeler en une audience « prête à consommer ». Le développement des nouvelles technologies a aussi bien accru une liberté de production et d’accès à l’information qu’il a augmenté les stratégies de hiérarchisation et les inégalités face à son usage. (…)

Refusant de jouer les ventriloques de ces canaux de centralisation de l’information, et bien qu’ils constituent des épiphénomènes, des contre pouvoirs s’organisent – médias libres, mouvements sociaux, communautés de hackers. À leurs côtés siègent des artistes qui s’introduisent dans les mécaniques informationnelles en marche et cherchent à infléchir les modes de représentations publics dominants. Ils s’insinuent dans les strates de visibilité et les couches historiques, proposent un médium artistique en creux des médias de masse, capable de faire gonfler les marges, porter à la connaissance des éléments éteints, pans de l’histoire oubliés, présents occultés, affects étouffés. (…)

Ces artistes s’intéressent en particulier aux forces de répression et aux formes d’expressions de résistance, aux déplacements de populations et aux constructions d’identités plurielles, aux phénomènes de privatisations territoriales et de marquages de l’espace public, aux traitements et aux activations d’une histoire collective. Leurs oeuvres, qui procèdent pour la plupart de la production de nouvelles images, redonnent corps, voix et visages à des communautés marginalisées, nous rendent attentifs aux particularités d’un lieu et à la singularité d’un événement, créent et agencent de nouveaux bords, prônent le droit à une représentation subjective. (…)

 

Contre la méthode, 2012, photographie, 57 x 48 cm, Courtoisie Galerie Françoise Besson, Lyon Contre la méthode, 2012, photographie, 57 x 48 cm, Courtoisie Galerie Françoise Besson, Lyon © Guillaume Robert